Funakoshi Gichin

Philosophie de la JKA

Le Dōjō Kun 道場訓

Les anciens instructeurs de la JKA, nous ont transmis le Dōjō Kun, que chaque karate-ka se doit de connaître et de garder en mémoire.

À chaque séance d’entraînement, lors du salut, au dōjō, les élèves s’agenouillent dans la position seiza et répètent les cinq préceptes qui suivent à haute voix. Ce processus leur rappelle l’attitude juste, la disposition d’esprit et les vertus qu’ils doivent s’efforcer d’adopter et de conserver, tant au qu’au dehors.

一、人格完成に努むること

Jinkaku kansei ni tsutomuru koto
Cherchez la perfection du caractère

一、誠の道を守ること

Makoto no michi o mamoru koto
Soyez fidèle

一、努力の精神を養うこと

Doryoku no seishin o yashinau koto
Soyez constant dans l’effort

一、礼儀を重んずること

Reigi o omonzuru koto
Respectez les autres

一、血気の勇を戒むること

Kekki no yuu o imashimuru koto
Retenez toute conduite violente

Voir en ligne : Source

Le Niju Kun 松濤館二十訓

Avant la création de la JKA, le Maître Funakoshi Gichin a légué à ses étudiants les vingt préceptes du karate-dō, qui constituent les fondements de l’Art. Dans ces vingt principes, inspirés principalement par le Bushidō et le Zen, se trouve la philosophie de la JKA. (suite…)

Publicités

Histoire de la JKA

Le Maître de karate-dō okinawaïen Funakoshi Gichin est né en 1868. Il a dévoué sa vie entière à la promotion des valeurs de l’Art et a présenté la Voie du karate-jutsu au Japon, où il s’est étendu à travers tout le pays. En 1949, ses disciples fondent une association pour la promotion et le développement du karate-dō ; ils l’appellent la Nihon Karate Kyokai (日本空手協会) ou Japan Karate Association. C’est la naissance de la JKA…

(suite…)

De la signification de kara 空

Le premier sens attaché à 空 indique que le karaté est une technique qui permet de se défendre à l’aide de ses mains et de ses poings nus, sans arme (1).

En second lieu, de même que seul un miroir limpide reflète sans distorsion ou que seule une vallée calme peut sans le déformer, renvoyer l’écho d’un son, celui qui désire étudier le karate-dō doit éliminer de lui-même les pensées égoïstes et mauvaises, car il ne pourra comprendre ce qu’il reçoit qu’avec un esprit clair et une conscience pure. Ceci est un autre élément de Kara dans Karate-dō.

Ensuite, celui qui veut étudier le karate-dō doit s’efforcer d’être intérieurement humble et extérieurement paisible. Cependant, une fois qu’il a décidé de se dresser pour défendre la cause de la justice, alors il doit avoir le courage exprimé dans ces mots Senman nin to iedomo ware, yukan (même face à dix millions d’adversaires, j’irai). Ainsi, il sera comme la tige de bambou vert, vide (Kara) à l’intérieur, droit et avec des nœuds, c’est-à-dire sans égoïsme, paisible et modéré. Cette signification est aussi contenue dans l’élément Kara de Karate-dō (2).

Enfin, sur un plan plus fondamental, la forme de l’Univers est le néant (Kara), par suite le néant est forme lui-même. Il y a beaucoup d’arts martiaux, Jūdō, Kendō, Sōjitsu (technique des lances), Bōjitsu (technique des bâtons), et d’autres encore. Il n’y a aucune exagération à dire que le sens original de Karate-dō est celui-là même qui est la base commune de tous les arts martiaux. La forme est le néant, le néant est la forme elle-même. Le Kara de Karate-dō a ce sens.

(1) Le terme japonais désignant les poings nus 空拳 (Kuken) est formé de la combinaison du caractère (Kara) et du caractère  désignant le poing. [Note du traducteur.]

(2) Dans la pensée japonaise, le vide intérieur indique l’absence d’égoïsme, la droiture, l’humilité et la gentillesse ; les nœuds la force de caractère et la modération. [Note du traducteur.]

Funakoshi Gichin – Karate-dō Kyōhan

Kamakura 鎌倉 Engaku-ji Temple 円覚寺

Kamakura 鎌倉est une ville du Japon située au bord de l’Océan Pacifique dans la préfecture de Kanagawa, à 50 km au Sud-Ouest de Tōkyō. Le gouvernement de Kamakura domina le Japon pendant plus d’un siècle, jusqu’en 1333.

Aujourd’hui, Kamakura est une ville balnéaire et touristique. Parmi de nombreux temples, mausolées et monuments historiques, le monument le plus célèbre aujourd’hui est très certainement le grand bouddha Amitabha de Kamakura. Ce daibutsu est une sculpture en bronze, fondue vers 1252, d’une hauteur de l’ordre de 13,35 m. Les mains du Bouddha ont été sculptées, de manière stylisée, dans la posture dite jo-in, de la méditation zen.

Au temple Engaku-ji 円覚寺, une stèle a été érigée en mémoire de Maître Funakoshi Gichin…

Ce diaporama nécessite JavaScript.